Commission mixte internationale (CMI)
Plus d’un siècle de coopération pour la protection des eaux communes

Rapports et publications

Rapports récents

 

Recherche des rapports et publications


Publications 784 Résultats

Information Available for an Instream Flow Analysis of the Red River
William G. Franzin
2011/12/01

The objectives of this report are to present all relevant available information and data that would be useful in the development of an instream flow needs (IFN) recommendation for the Red River that would maintain the aquatic ecosystem, including fish and fish habitat, relative to quantitative water apportionment of this international river. The work includes identification of data gaps and necessary work that would be required to fill them.

Synthèse des commentaires du public au sujet du Rapport d'étape 2010 de l’Accord Canada–États-Unis sur la qualité de l’air Décembre 2011
Commission mixte internationale
2011/12/01

Le présent rapport est une synthèse des commentaires reçus au sujet du Rapport d’étape 2010 pour les années 2008 à 2010. Dans l'ensemble, les répondants ont exprimé leur appui à l'Accord et reconnu les progrès réalisés. Néanmoins, la plupart ont indiqué qu'il faut faire plus pour améliorer la qualité de l'air.

Devils Lake-Red River Basin Fish Parasite and Pathogen Project Qualitative Risk Assessment
International Red River Board, IJC
2011/10/01

In 2006, Canadian and USA fish pathologists initiated a three year study to identify fish parasites and pathogens of Devils Lake that were not found at downstream locations and therefore could pose a risk to downstream fish and fisheries. At total of 7 species and 1616 fish were collected 4 from Devils Lake and 21 species and 4272 fish from six other locations in the Red River Basin including the Red River Delta and Lake Winnipeg in Canada. The fish were examined externally and internally for parasites, and appropriate tissues were collected for standardized microbiological assays and histology. Microbiological assays were conducted on a targeted group of known fish pathogens including viral and bacterial agents as well as other selected microbes.

Élaboration proposée d’une stratégie de gestion des nutriments pour l’ensemble du bassin international de la rivière Rouge
Conseil international du bassin de la rivière Rouge
2011/09/07

Après des pourparlers à quatre, les gouvernements fédéraux du Canada et des États-Unis et les gouvernements de l’État du Dakota du Nord et de la province du Manitoba ont convenu de l’établissement d’un plan de gestion des nutriments pour l’ensemble du bassin international de la rivière Rouge.

Rainy River 2D Hydrodynamic Modeling Study – Phase II
National Research Council Canada, IJC
2011/07/01

Phase I involved the development of a series of hydrodynamic models to examine the conveyance of the upper Rainy River and Rainy Lake, perform dynamic simulations of several flood years and to examine the state of nature condition of the upper Rainy River.  Review of the Phase I findings identified a number of questions relating to the model and the upper Rainy River that required further investigation primarily relating to variable powerhouse performance, sensitivity of the hydrodynamic model, and simulations of the 1950 flood event.  This report constitutes the results of those investigations.

Transboundary Water Quality and Human Health Issues in an International Watershed Context: The St. Croix Watershed
International Joint Commission Health Professionals Task Force
2011/06/01

This report provides a broad look at the boundary waters of St. Croix River Basin, identifying potential water quality issues and demonstrating how watershed management and health management issues are interrelated. It provides background information on existing and emerging water issues which have an associated human health component and provides information on agencies in both the United States and Canada which are involved in or are responsible for legislation, collection and analysis of information related to health and water issues, and implementation of water quality and quantity protection measures in the region.

15e Rapport biennal sur la qualité de l'eau dans les Grands Lacs
Commission mixte internationale
2011/03/01
A Digital Terrain Model of Bathymetry and Shallow-Zone Bottom-Substrate Classification for Spednic Lake and Estimates of Lake-Level-Dependent Habitat to Support Smallmouth Bass Persistance Modeling
USGS, International Joint Commission, International St. Croix River Watershed Board
2011/03/01

In 2009, the U.S. Geological Survey entered into a cooperative agreement with the International Joint Commission, St. Croix River Board to do an analysis of historical smallmouth bass habitat as a function of lake level for Spednic Lake in an effort to quantify the effects, if any, of historical lakelevel management and meteorological conditions (from 1970 to 2009) on smallmouth bass year-class failure. The analysis requires estimating habitat availability as a function of lake level during spawning periods from 1970 to 2009, which is documented in this report. Field work was done from October 19 to 23, and from November 2 to 10, 2009, to acquire acoustic bathymetric (depth) data and acoustic data indicating the character of the surficial lake-bottom sediments. Historical lake-level data during smallmouth bass spawning (May-June) were applied to the bathymetric and surficial-sediment type data sets to produce annual historic estimates of smallmouthbass-spawning-habitat area. Results show that minimum lake level during the spawning period explained most of the variability (R^2 = 0.89) in available spawning habitat for nearshore areas of shallow slope (less than 10 degrees) on the basis of linear correlation. The change in lake level during the spawning period explained most of the variability (R^2 = 0.90) in available spawning habitat for areas of steeper slopes (10 to 40 degrees) on the basis of linear correlation. The next step in modeling historic smallmouth bass year-class persistence is to combine this analysis of the effects of lake-level management on habitat availability with meteorological conditions.

Report of the Data Requirements in Support of Modelling and Hydrological Analysis Workshop in Chicago, IL (en anglais seulement)
R. Halliday & Associates
2010/11/29
Rainy River 2D Hydrodynamic Model Conveyance Study
NRC-CHC, IJC
2010/09/01

NRC-CHC has prepared this report for the IJC in order to address some of the pressing issues in response to the communicated needs of the International Watersheds Initiative (IWI). The issues requiring investigation relate to Rainy Lake include the assessment of conveyance of the river reach from Rainy Lake to the dam structures at Fort Frances / International Falls. In this study a two-dimensional hydrodynamic model was developed for the Rainy Lake / Rainy River system upstream of the dam at International Fall / Fort Frances. This model was calibrated and validated to sets of observed flow conditions.

Modelling Initiative Needs Assessment Workshop, Winnipeg MB (en anglais seulement)
Slmcleod Consulting; R. Halliday & Associates
2010/06/30
Simulation of Flood Scenarios on the Lower Pembina River Flood Plains with the 2D Hydrodynamic Model
NRC-CHC
2010/06/01
Determination of Natural Flow for Apportionment of the Red River
R Halliday & Associates, IJC
2010/05/30

This report describes the geographical setting of the Red River basin in the interior plains of North America and provides some general information concerning water apportionment. It then goes on to review natural flow methodologies. The natural flow can be taken to be the flow that would occur if the effects of dams and diversions and other water uses were removed. Considering the effects of land use change and climate change are beyond the scope of the calculation. The report reviews the actual natural flow calculation and provides information on how the calculation can be accomplished.

Les eaux souterraines du bassin des Grands Lacs - Rapport présenté à la Commission mixte internationale par son Conseil consultatif sceintifique des Grands Lacs
Conseil consultatif scientifique des Grands Lacs
2010/02/01

Les eaux souterraines forment un immense réservoir invisible dans le bassin des Grands Lacs. Elles soutiennent des fonctions écosystémiques cruciales et constituent une source d’eau potable, agricole et industrielle. Le Conseil consultatif scientifique (CCS), le Conseil des gestionnaires de la recherche des Grands Lacs et le Groupe de travail des professionnels de la santé ont collaboré pour produire ce rapport qui présente les connaissances scientifiques et les recherches contemporaines sur les eaux souterraines du bassin des Grands Lacs, considérées comme une priorité. Le rapport examine les menaces pesant sur la qualité des eaux souterraines, des annexes détaillées (en anglais seulement) traitant des plus importantes : pathogènes, contaminants chimiques, installations autonomes de traitement des eaux usées, réservoirs de stockage souterrains non étanches, sites de déchets dangereux, puits abandonnés, composés de déglaçage, exploitations intensives d’engraissement du bétail, et pertes en cours de transport des infrastructures municipales. De nombreuses études de cas servent à présenter de l’information, particulièrement une analyse concertée de l’aquifère de Châteauguay, seul aquifère international du bassin des Grands Lacs, situé au sud‑ouest de Montréal (annexe K). L’activité industrielle locale a fortement contaminé l’esker de Mercier au début des années 1970, ce qui a forcé les municipalités de cette zone d’abandonner leurs puits municipaux. L’Annexe L examine l’ensemble de la réglementation, des lois et des principes de droit commun et de droit civil qui régissent les eaux souterraines, principalement à l’échelle des gouvernements du Québec et de l’État de New York, de multiples autres ordres de gouvernement étant cependant aussi impliqués. Le régime réglementaire manque actuellement de cohérence : il ne permet pas de bien protéger la qualité et la quantité des eaux souterraines et d’empêcher les conflits liés à leur utilisation. Le CCS conseille la Commission mixte internationale (CMI) concernant la modification de l’annexe 16 de l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, de manière à ce que les eaux souterraines reçoivent toute l’attention nécessaire. La CMI doit surveiller les progrès en ce qui concerne les questions relatives aux eaux souterraines, et désigner un organisme chargé de faire régulièrement rapport à la Commission des développements pertinents concernant ces questions. Le rapport recommande d’autres interventions gouvernementales : soutenir la recherche visant à mieux connaître les eaux souterraines et les sources de contamination; améliorer les programmes de surveillance des eaux souterraines et constituer des bases de données intégrées complètes; adopter des mesures de protection et de conservation des sources d’eau; prendre des dispositions réglementaires ou autres pour lutter contre les menaces connues pesant sur les eaux souterraines.

Impacts on Upper Great Lakes Water Levels: St. Clair River Final Report
Upper Great Lakes Study
2009/12/01

This is the first of two reports on the St. Clair River portion for the bi-national Upper Great Lakes Study. The Study Board concludes that conveyance, glacial isostatic adjustment, and climactic patterns have decreased Lake Michigan-Huron and Lake Erie water-level difference. Also, no erosion along the length of the St. Clair River bed has taken place since at least 2000; previous fluctuations measured (1971-2000) were erroneous. On this basis, the Study Board recommends that remedial measures (to address past damages or adverse effects) not be undertaken in the St. Clair River at this time, and that the need for mitigative measures (to address possible future changes that might result in adverse effects) in the St. Clair River be examined as part of the comprehensive assessment of the future effects of climate change on water supplies in the upper Great Lakes basin in Report 2 of the Study, on Lake Superior regulation, to be completed in 2012. The Study Board also recommends that: bathymetric surveys be conducted every five years to monitor any changes in the bed of the St. Clair River; the four new stream flow gauging stations and the two eddy co-variance (evaporation) gauging stations installed as part of the Study be maintained following the completion of the Study in 2012; and accountability and coordination in the collection and management of essential data on the Great Lakes be strengthened by formalizing the mandate of the bi-national Coordinating Committee on Great Lakes Basic Hydraulic and Hydrologic Data and having the Committee formally report to the International Joint Commission.

Carte des activités de la CMI
Commission mixte internationale
2009/10/01

Une grande carte numérique contenant plusieurs photos intercalaires illustre, à l’aide du système de coordonnées SCRS 1983 nord-américain de la Commission géologique du Canada, les superficies en proportions réelles des bassins versants transfrontaliers entre le Canada et les États-Unis. La carte comprend des statistiques sur la longueur des limites. D’ouest en est, les photos intercalaires illustrent le bassin de l’Alaska et du Yukon, le fleuve Columbia, la rivière Milk, la rivière Souris, la Rivière-Rouge, la rivière à la Pluie, le bassin des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent, le lac Champlain et la rivière Ste-Croix. Le document résume les événements historiques et les points de repère politiques liés à la gestion du bassin de chaque cours d’eau. Les bassins versants sont également classés selon leur article respectif du Traité des eaux limitrophes de 1909. Quatre bassins font l’objet d’un projet pilote dans le cadre de l’Initiative internationale sur les bassins hydrographiques (Rivière-Rouge, rivière Souris, lac et rivière à la Pluie, rivière Ste-Croix). D’autres légendes font référence aux activités du Conseil consultatif international sur la qualité de l’air et fournissent des renseignements sur les mesures concernant les particules fines et les concentrations de dioxyde de soufre dans la région de Détroit-Windsor-Sarnia-Port Huron.

Synthèse des commentaires publics au sujet du Rapport d'étape 2008 de l'Accord Canada - États-Unis sur la qualité de l'air
Conseil consultatif international sur la qualité de l'air
2009/09/01

L’Accord Canada–États-Unis sur la qualité de l’air (AQA) de 1991 a donné lieu à l’établissement du Comité de la qualité de l’air (CQA), dirigé par l’Agence des États-Unis pour la protection de l’environnement (USEPA) et par Environnement Canada, afin de mettre en œuvre l’AQA en coordonnant la prise de mesures en vue d’atténuer la pollution atmosphérique transfrontalière. Le présent rapport fait la synthèse de quinze commentaires sur le rapport d’étape 2008 du CQA, reçus à la suite d’une invitation ouverte de la Commission mixte internationale (CMI). Dans l’ensemble, les réactions sont positives. Les présentations soumises par le gouvernement sont brèves et tendent à souligner ses propres efforts pour améliorer la qualité de l’air. Les mémoires présentés par des organisations non gouvernementales sont variés, la plupart offrant une analyse détaillée du contenu du rapport d’étape et proposant des améliorations et des corrections. Les répondants approuvent l’AQA lui-même, applaudissent à la réduction des émissions et des dépôts de polluants atmosphériques rendue possible grâce à des travaux réalisés en vertu de l’Accord. Tant le Canada que les États-Unis respectent, voire dépassent, leur obligation mutuelle de réduire les oxydes d’azote (NOx), les dioxydes de soufre (SO2) et les composés organiques volatils (COV). Les répondants estiment que le rapport d’étape est clair et complet, mais certains disent craindre qu’il ne tienne pas suffisamment compte de certains problèmes ou de certaines régions, et qu’il manque de cohérence. Ainsi, il s’ensuit des commentaires détaillés sur les annexes portant sur les pluies acides et l’ozone, ainsi que sur les progrès accomplis pour réaliser les engagements contigus. Dans la section sur la collaboration et la recherche scientifique et technique, les répondants apprécient les données fondamentales sur les charges critiques et les dépassements. L’un d’entre eux fait remarquer que les émissions de NOx dans les deux pays ne sont pas comparables telles qu’elles sont présentées; un autre indique que les concentrations d’ammoniac sont mesurées toutes les deux semaines dans le cadre d’un nouveau projet visant à mettre sur pied un réseau pilote. D’autres corrections techniques ainsi que d’autres commentaires sont dûment consignés par la CMI pour examen et en vue d’en tirer profit lors de futurs travaux du CQA.

14ième Rapport biennal sur la qualité de l'eau dans les Grands Lacs
Commission mixte internationale
2009/08/01
IJC Rapport Annuel 2008 (Traité de Frontière L'eau Édition Centennial)
Commission mixte internationale
2009/08/01
Accord relatif à qualité de l'eau dans les Grands Lacs - Série sur les priorités 2007-09: Rapport du groupe de travail sur l'eutrophisation
Rapport de Group de travail
2009/08/01

Les effets néfastes sur l’économie et l’environnement de l’eutrophisation des écosystèmes aquatiques sont bien établis. L’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs (AQEGL), en particulier l’annexe 3 qui porte sur le contrôle du phosphore (P), a précipité l’exécution de travaux bilatéraux qui ont aidé à réduire l’eutrophisation dans les années 1970 et 1980. Depuis le début des années 1990, l’eutrophisation est réapparue dans presque tous les Grands Lacs, comme l’indiquent les proliférations excessives d’algues bleu‑vert (cyanobactéries), les masses pourrissantes de macroalgues vertes (cladophores), les concentrations instables de P, l’appauvrissement en oxygène dissous, les cas de botulisme et la désertification. Le Groupe de travail sur l’eutrophisation de la Commission mixte internationale (CMI) a organisé une série d’ateliers au cours desquels les méthodes de cartographie cognitive floue (CCF) et du poids de la preuve (PP) ont été utilisées pour évaluer les hypothèses sur l’eutrophisation et les relations causes‑effets. Le troisième atelier de la série a été tenu par des intervenants associés au plan d’aménagement panlacustre (PAP) du lac Érié. La CCF consiste à représenter graphiquement des relations perçues qui relient des concepts dans un système, et le rapport montre les diagrammes de CCF produits durant les ateliers. Les analyses des participants illustrent les conditions complexes qui influent sur les phénomènes associés à l’eutrophisation, par exemple les facteurs environnementaux qui affectent la dynamique du phosphore réactif soluble (PRS). L’atelier a permis de préciser des cibles de gestion fondées sur des preuves, notamment les usines de traitement des eaux usées, les eaux pluviales urbaines, les fosses septiques rurales, et les sources de pollution diffuse en milieu agricole. Selon les priorités du cycle 2009‑2011, les résultats doivent continuer à être analysés et un examen des publications contemporaines doit être entrepris. Même si la perception du public concernant l’eutrophisation ne tient généralement pas compte de l’incertitude scientifique, elle soutient un éventail de mesures « sans regrets » qui amélioreront les eaux eutrophes sans augmentation supplémentaire de nutriments amenés par l’activité humaine; plusieurs nouvelles méthodes novatrices de contrôle des nutriments sont présentées. La CMI doit sensibiliser le public et les collectivités d’intervenants à propos des changements dans l’hydrologie et dans la structure écologique des lacs qui sont responsables de l’eutrophisation. Les travaux de recherche doivent comprendre l’emploi de la biomasse des algues pour des utilisations bénéfiques (p. ex. l’énergie verte), la réutilisation des eaux usées afin de réduire la perte de P, et des programmes de surveillance améliorés tels que la surveillance des salissures associées aux algues afin de protéger les lacs mésotrophes et oligotrophes. Les solutions doivent être adaptées à chaque bassin hydrographique.

Accord relatif à qualité de l'eau dans les Grands Lacs - Série sur les priorités 2007-09: Rapport du groupe de travail sur les plages et la qualité des eaux récréatives
Rapport de Group de travail
2009/08/01

Des plages propres et saines sont importantes sur le plan de l’écologie et de l’économie et de telles plages améliorent la qualité de vie des amateurs d’activités récréatives. Exception faite des 822 plages qui font l’objet d’une surveillance active dans les Grands Lacs, de nombreuses plages demeurent inadéquatement évaluées. L’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs (AQEGL) comptant parmi ses objectifs spécifiques le respect de critères microbiologiques et les fermetures de plage étant considérées comme un indice de la qualité de l’eau, la Commission mixte internationale (CMI) a demandé à un groupe de travail de s’occuper de cette priorité. Le rapport concomitant examine les études des diverses sources de contaminants, tant ponctuelles (comme les effluents industriels et municipaux) que diffuses (y compris les systèmes de traitement des déchets défectueux et les eaux de ruissellement agricole). Le mauvais temps causé par les changements climatiques peut entraîner des débordements d’égouts, l’érosion des plages et la dispersion de matières dangereuses dans le bassin hydrographique. Une mauvaise qualité de l’eau entraîne des effets socioéconomiques négatifs. Les normes de surveillance de la qualité de l’eau varient considérablement à l’intérieur de la région des Grands Lacs; le rapport examine les incohérences des pratiques actuelles en ce qui a trait à la collecte d’échantillons, aux analyses de laboratoire, aux critères relatifs aux avis de contamination d’une plage, au dépistage des sources de pollution microbienne et à la considération des bactéries fécales indicatrices (BFI). Le rapport tient compte des répercussions prévues au moyen de variables prédictives comme la fluctuation des bactéries, les précipitations, la turbidité, la température de l’eau et le vent, et il compare les nouveaux modèles prédictifs aux modèles de persistance. Les méthodes de détection rapide peuvent prévenir la contamination. Le rapport examine les études épidémiologiques de l’occurrence d’agents anthropopathogènes dans les plages des Grands Lacs et des maladies qui en résultent, comme ce fut le cas dans une plage du lac Michigan, au Wisconsin, en juillet 2002. Le protocole d’Annapolis adopté par l’Organisation mondiale de la santé pourrait servir de modèle en matière de gestion des risques pour les plages des Grands Lacs, alors que la ville de Racine est un modèle en ce qui concerne l’élimination du besoin d’avis de contamination d’une plage. Les annexes comprennent une matrice des activités liées aux plages établie dans le cadre des initiatives de surveillance actuelles et des recommandations du Government Accountability Office Report. La CMI est encouragée à réaliser des études spécifiques, à comparer les modèles prédictifs et à élaborer des protocoles et des critères de surveillance binationaux.

Accord relatif à qualité de l'eau dans les Grands Lacs - Série sur les priorités 2007-09: Rapport du groupe de travail sur les nouvelles substances chimiques préoccupantes
Rapport de Group de travail
2009/08/01

Les nouvelles substances chimiques préoccupantes ont été identifiées comme une priorité pour le cycle biennal 2007‑2009. La Commission mixte internationale (CMI) a confié à un groupe de travail l’évaluation de l’effet de ces substances dans l’écosystème du bassin des Grands Lacs (EBGL), et a demandé à ce groupe de se servir des résultats pour conseiller la CMI au sujet des approches pouvant être appliquées au cadre d’action binational. Les nouvelles substances chimiques préoccupantes, qui sont différentes des polluants hérités du passé, comprennent un éventail de substances chimiques auparavant considérées comme peu importantes, peu connues ou non existantes qui sont découvertes de nos jours dans l’environnement à des concentrations de plus en plus élevées. Le rapport définit et classe ces substances en gardant à l’esprit leur occurrence dans l’EBGL. Il présente les dangers réels et potentiels de ces substances. Il examine les publications scientifiques pertinentes, quoique nouvelles, sur les nouvelles substances chimiques préoccupantes. En plus des sources industrielles, municipales et agricoles des nouvelles substances chimiques préoccupantes, les produits de consommation et les usines de traitement des eaux usées sont définies comme des sources importantes et peu contrôlées de ces substances polluantes. Les solutions doivent être mises en place avant l’étape du point de rejet, y compris un resserrement des mesures en matière de pratiques concernant les déchets et la pollution. L’amélioration de la surveillance et de la recherche nécessitera le recours à des outils et à des technologies qui n’ont pas encore été développés. Un examen des politiques et des programmes binationaux multiniveaux actuels est suivi d’une évaluation des lacunes du cadre de gestion ainsi que de recommandations visant à aborder les problèmes au moyen de stratégies éclairées et coordonnées.

Accord relatif à qualité de l'eau dans les Grands Lacs Série sur les priorités 2007-09: Rapport du groupe de travail sur le cadre d'action binational du groupe pour une intervention rapide face aux espèces aquatiques envahissantes
Rapport de Group de travail
2009/08/01

La priorité espèces aquatiques envahissantes (EEE) a été assignée à un groupe de travail en 2007. Les EEE constituent une importante menace pour l’écosystème des Grands Lacs sur le plan de la dégradation de l’habitat et de la qualité de l’eau, de la perte de biodiversité des espèces indigènes, de la perturbation des réseaux trophiques, et des proliférations d’algues. De plus, les EEE entraînent d’importants impacts économiques. Ce rapport porte sur les études scientifiques de ces effets et évalue les conditions actuelles. Il précise les EEE qui sont particulièrement prolifiques et qui font problème parmi les 180 espèces exotiques détectées dans le bassin des Grands Lacs. De toutes les voies d’entrée des EEE, c’est le ballast qui est le principal responsable depuis l’ouverture de la voie maritime du Saint‑Laurent en 1959. D’autres facteurs tels que les changements climatiques exercent une pression supplémentaire sur les activités liées à la gestion des EEE. Le fait qu’il soit difficile de se débarrasser des EEE une fois qu’elles sont établies nécessite l’adoption de mesures préventives ou, à défaut, une détection rapide et une intervention rapide. Le rapport met l’accent sur cette dernière méthode et la définit. Des protocoles d’intervention rapide se sont avérés efficaces dans la résolution de problèmes liés aux EEE; par conséquent, une directive binationale imposée par la loi et un mandat relatif au financement sont nécessaires afin que soit mise de l’avant une intervention multilatérale efficace et que les ressources soient allouées de manière efficace. Le rapport présente les politiques élaborées antérieurement, énumère les arrangements institutionnels actuels et propose un cadre stratégique dans lequel les scientifiques, le gouvernement et l’industrie sont tous des intervenants importants. Pêches et Océans Canada et le U.S. Fish and Wildlife Service sont considérés comme les organismes fédéraux directeurs appropriés; on a aussi demandé à la Commission des pêcheries des Grands Lacs de participer. La Commission mixte internationale (CMI) a reçu l’ordre d’élaborer un plan d’intervention rapide adapté au réseau des Grands Lacs et du fleuve Saint‑Laurent, de participer à sa mise en œuvre et de modifier l’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs, compte tenu du plan d’intervention rapide.

Accord relatif à qualité de l'eau dans les Grands Lacs - Série sur les priorités 2007-09: Rapport du groupe de travail sur les risques et les bienfaits associés à la consommation du poisson des Grands Lacs
Rapport de Group de travail
2009/08/01

Le groupe de travail a été désigné pour évaluer les connaissances actuelles sur les risques et les bénéfices de la consommation des poissons des Grands Lacs et établir une méthode quantitative de mesure de ces risques et bénéfices. Le rapport, une référence fréquemment citée, explique les composantes biochimiques du poisson et d’autres aliments ainsi que la manière dont ces composantes interagissent sur le plan nutritionnel avec les organismes humains. Les bénéfices de la consommation de poisson pour la santé sont comparés aux risques associés, le risque le plus important étant la contamination chimique du poisson et des consommateurs en raison d’une exposition de l’environnement. Les polluants de l’eau les plus mis en relief sont les biphényles polychlorés et le méthlylmercure, car ces polluants, présents dans les poissons des Grands Lacs, sont des toxines connues. Le rapport décrit le processus de bioaccumulation et ses effets nocifs sur les humains qui consomment le poisson contaminé. Même si plusieurs ministères et organismes surveillent déjà les niveaux de contamination et émettent des avis concernant la consommation du poisson, l’information sur des sujets clés comme les niveaux de contamination et les bénéfices des acides gras oméga‑3 dans les poissons des Grands Lacs est insuffisante. Le groupe de travail examine les études spécifiques aux Grands Lacs, et l’obtention de financement est essentielle à la réalisation d’études sur d’autres sujets définis dans le cadre de cet examen. Des exemples de programmes actuels visant à contrôler les sources inactives (actuelles, héritées) et actives (nouvelles, en expansion) de contamination sont présentés. Les politiques et les lois doivent être resserrées afin de réduire au minimum les émissions externes et les sources internes de contaminants. Les campagnes de sensibilisation du public doivent évoluer et inclure les collectivités qui demeurent malgré tout éloignées dans le monde des télécommunications d’aujourd’hui. Il est impossible, pour le moment, de déterminer les bénéfices nets et les risques associés à la consommation des poissons des Grands Lacs; le public doit respecter les avis concernant la consommation du poisson qui ont déjà été émis. Il est proposé que le cycle des priorités 2009‑2011 s’appuie sur les connaissances techniques compilées afin de faire participer les chercheurs, le personnel des organismes et les représentants des populations sensibles aux discussions portant sur les approches en matière d’analyse des bénéfices et des risques et les mesures d’assainissement.

Accord relatif à qualité de l'eau dans les Grands Lacs - Série sur les priorités 2007-09: Rapport du groupe de travail sur le cadre de gestion des eaux littorales
Rapport de Group de travail
2009/08/01

Le littoral constitue la zone de transition entre le bassin hydrographique et les eaux du large, un lien écologique vital pour les affluents, les milieux humides et l’eau souterraine ainsi que l’habitat de divers organismes, y compris les humains. Jusqu’à récemment, les eaux littorales ont été négligées par rapport aux eaux du large, même si certaines perturbations ont d’abord été constatées dans les eaux littorales. L’Accord relatif à la qualité de l’eau dans les Grands Lacs (AQEGL) traite de bon nombre de problèmes littoraux dans plusieurs de ses annexes, mais l’Accord doit être modifié pour que ces problèmes soient abordés de manière explicite et qu’ils soient inclus dans les plans d’aménagement panlacustre. Cinq groupes de travail du cycle des priorités 2007‑2009 ont été désignés afin d’aborder les symptômes particuliers à la dégradation du littoral. Depuis 2007, la Commission mixte internationale (CMI) joue un rôle clé dans la sensibilisation du gouvernement et du public à propos des zones littorales, et a organisé une série de réunions et de séances de consultation pour étudier les problèmes littoraux et proposer des solutions de remplacement fondées sur des politiques. La circulation de l’eau inhérente aux réseaux hydrographiques entraînant des répercussions binationales en matière de qualité des eaux littorales, il est donc nécessaire d’exiger un leadership binational et des investissements dans les ressources. Aux États‑Unis, il n’existe aucun organisme à l’échelle régionale qui soit semblable aux offices de protection de la nature de l’Ontario, ces derniers favorisant l’approche écosystémique décrite dans le rapport. Les perturbations physiques, hydrologiques et biologiques sont de même importance que les perturbations chimiques. La surveillance des polluants doit être revigorée, les charges de polluants doivent être tabulées, et les changements dans l’aménagement du territoire doivent être inventoriés. Des arrangements institutionnels devraient être créés à l’appui des activités de restauration et de recherche scientifique. Les activités doivent être concentrées sur la coordination du volet législatif et des programmes plutôt que sur leur fragmentation. La gestion adaptive constitue la méthode préférée en ce qui concerne la priorité eaux littorales en raison de l’incertitude associée aux données de recherche et de la dynamique changeante des Grands Lacs. La gestion adaptive nécessite une surveillance continue du système, une évaluation de l’efficacité et l’ajustement, si nécessaire, durant la réalisation d’un projet. Parmi les initiatives prometteuses en matière de gestion adaptive, mentionnons le Great Lakes Environmental Indicators Project (GLEI) et le Réseau canadien de biosurveillance aquatique t (RCBA). Le Comité exécutif binational (CEB) est appelé à assumer le rôle de leader en ce qui a trait à la participation des organismes des Grands Lacs à la protection des eaux littorales.